Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 février 2015

Des challenges musicaux variés pour se motiver et progresser au violon

Parce que jouer du violon pour moi, c'est le plaisir de jouer de la musique associé au plaisir d'apprendre, il m'est inconcevable de jouer "dans le vide" trop longtemps, entendez par là travailler pour travailler, faire des exercices pour faire des exercices, sans rien de concret musicalement parlant.

Certes, pour progresser, il faut s'entraîner, mais en tant qu'adulte et dans la mesure où on ne veut pas en faire son métier, je considère que l'élément principal à s'octroyer quand on apprend le violon, c'est de s'offrir du plaisir, du vrai et donc, en ce qui me concerne, du jeu. Euh oui, c'est aussi simple que ça :).

Car oui, je reste convaincue que plus on joue de son instrument, plus on apprend à le maîtriser, qu'il s'agisse d'exercices, d'études ou de morceaux, a fortiori quand ces derniers sont choisis pour leur attrait musical, mais aussi technique. Pour ma part, j'ai choisi l'aspect "morceaux" depuis le début, ai travaillé aussi quelques études et exercices, mais très peu finalement car j'ai rapidement constaté que ce sont les morceaux qui me faisaient le plus progresser.

 

 

 

En quoi les morceaux aident-ils à progresser ?

Tout d'abord, j'ai remarqué que plaisir et motivation sont au sommet quand un choix de musiques variées se présente à moi, il se trouve alors toujours un morceau propice à l'humeur du jour. Je veille donc à avoir à disposition un répertoire riche et varié.

Côté solfège et main gauche, c'est un point extrêmement positif de jongler avec plusieurs styles pour jouer sur plusieurs gammes, même les plus accidentées.

Côté apprentissage des rythmes et différents tempos, c'est aussi bon côté main gauche que main droite et bien sûr pour la coordination des deux !

Enfin, un immense avantage que je constate de plus en plus, c'est que les styles différents se jouent de différentes manières et c'est, ce qui, à la longue, permet de créer son propre style avec un jeu d'archet qui s'enrichit de toutes les facettes de la musique.

J'ai aussi remarqué une chose : personnellement, certains styles de musique ne m'attirent pas a priori, je ne prends pas plaisir à les écouter. Pourtant, je remarque que les jouer me procure un réel plaisir, justement par leur richesse de jeu et les gestes inhabituels qu'ils m'offrent la possibilité d'apprendre. Et a contrario, je remarque aussi que les morceaux de musique que j'adore écouter ne sont pas ceux que je préfère jouer, mais alors pas du tout !

Pour ces raisons, je considère qu'oser partir à la découverte de nouveaux styles, de nouveaux morceaux et ouvrir son horizon musical en jouant "open style" enrichit le jeu et forme techniquement le musicien. Et tout ça même si on n'apprécie pas forcément ces musiques à la base, mais à partir du moment où on prend du plaisir à les jouer, sinon, mieux vaut zapper, pourquoi se faire du mal ??

 

 

Différentes manières d'y parvenir

J'en viens aux challenges motivants :). Parmi eux, voici ceux que j'ai explorés pour le moment :

- faire des stages de violon aux styles variés en groupes avec d'autres instruments que le violon

- rejoindre un orchestre instrumental "musiques du monde"

- monter un groupe (ou 2, ou 3) de musiques aux styles et répertoires différents, pas forcément pour se produire en public régulièrement, mais pour échanger et s'apprendre les uns des autres de nos découvertes respectives

- solliciter des musiciens professionnels au style bien marqué pour leur demander quelques conseils, voire même prendre quelques "cours" avec eux

- ne pas hésiter à explorer des styles inconnus, il peut y avoir de belles surprises à la clé

- varier les apprentissages avec et sans partition (oui, oser apprendre d'oreille, c'est un challenge quand on n'en a pas l'habitude et quelle joie et mise en confiance de constater que ça fonctionne !)

- s'offrir une collection de playalong et à ce sujet, tout comme pour les méthodes, ne pas hésiter à faire du vide régulièrement en laissant de côté, donnant, vendant ou jetant ceux devenus trop faciles, pas motivants.

Concernant les méthodes, contrairement à ce que disent certains profs qui n'ont pas de solution, je considère aujourd'hui que stagner n'est pas normal, c'est qu'il y a blocage, besoin de changement.

L'apprentissage du violon est un parcours ardu qui demande à ce que la motivation soit entretenue. La motivation ne s'entretient pas qu'à coup d'espoir et de rêves inaccessibles, encore moins par des contraintes irréalistes, elle s'entretient par des challenges adaptés à l'élève, par l'objectif de retrouver goût et plaisir de jouer.

Je me souviens, quand je suivais des "cours" et que je stagnais, perdant ma motivation à me voir au point d'arrêt, m'être entendue conseiller de jouer des cordes à vide, de reprendre ma première méthode et de rejouer "Au clair de la lune et compagnie", quitte à essayer de le faire en 5ème position pour me motiver. Oui... Euh... Alors voilà exactement de quoi tuer le reliquat de motivation qui me restait !! MDR !!!

 

Heureusement, la mienne (de motivation) est très bien accrochée...

Bref, non ! Je conseillerais plutôt de prendre quelques jours de vacances de violon, de se souvenir de l'origine de sa motivation au tout départ, celle qui nous a poussé à nous lancer et de s'offrir de quoi rebondir musicalement, quelque chose qui nous fait réellement envie et qui s'accorde à notre niveau réel. Ca peut être un nouveau CD, un nouveau playalong, un nouveau projet musical, etc.

scoubi gif.gif

 

(NB : je ne suis pas fan des gifs qui clignotent de partout, mais j'ai un ptit faible pour Scoubidou et puis là pour le coup, je trouve qu'il colle bien à l'article ! :)

 

Dans cet état d'esprit, je profite de cet article pour vous partager un de mes challenges musicaux en cours. Il s'agit d'un playalong à la qualité musicale comme j'aime (joué avec de vrais instruments), aux styles variés et aux difficultés techniques adaptées à mes envies pour continuer à progresser.

 

 

Il a été conçu par les auteurs de la méthode "Je joue du violon"

Voici une partie de la présentation : 

"Mucical Challenges couvre de nombreux styles. Pop et jazz côtoient classique et musiques du monde (...) mais vous trouverez aussi des passages moins faciles pour vous aider à progresser, aussi bien musicalement que techniquement. (...)

Certains morceaux sont précédés d'un court exercice qui introduit une technique particulière. Nous ne vison pas à offrir une méthode complète, puisqu'il existe déjà de nombreux ouvrages consacrés aux exercices techniques. Lorsque vous aurez maîtrisé l'exercice, vous pourrez mettre cette technique en pratique au sein du morceau."

 

A l'usage, c'est effectivement un plaisir de piocher les morceaux en fonction de l'humeur du jour, de découvrir le jeu de styles nouveaux et d'avoir sur chaque partie un petit (ou grand, c'est selon) challenge technique à dépasser.

J'ai cherché longtemps ce type d'ouvrage et bien qu'on m'ait dit que "ça n'existait pas car ça n'est pas comme ça qu'on apprend le violon", j'ai fini par trouver, comme quoi, la marmotte a raison de garder désormais à distance ceux qui affirment dans l'absolu :).

 

 Facebook | | |

14 décembre 2014

The Celtic Fiddler - Recueil de partitions avec CD playalong

celtic fiddler.jpg

 

Encore un excellent recueil arrangé par Edward Huws Jones avec 2 fichiers audio de belle qualité musicale par morceau : démonstration (avec violon) et accompagnement, de quoi se constituer un bon petit répertoire en provenance de différentes régions celtes.

 

Voici la liste des morceaux qu'il contient :

 

  • Alborada de Pontecaldelas (Gallice)
  • An Dro (Bretagne)
  • Croen y Ddafad Felen (Pays de Galles)
  • Danza de Carino (Gallice)
  • Drops of Brandy (Irlande)
  • Drummond Castle (Ecosse)
  • Furry Dance (Cornouailles)
  • Gavotte: Je vous dis, Mademoiselle (Bretagne)
  • Glwysen (Pays de Galles)
  • Hanter Dro (Bretagne)
  • John Ryan's Polka (Irlande)
  • Miner's Fancy (Cornouailles)
  • Moylley gys Jee my Chaarjyn (Ile de Man)
  • Muckin' o' Geordie's Byre (Ecosse)
  • Muineira das Zocas (Gallice)
  • Muineira: Ponte de San Paio (Gallice)
  • Mwynen Cynwyd (Pays de Galles)
  • Ny Kirree fo Niaghyet (Ile de Man)
  • Nyth y Gwcw (Pays de Galles)
  • Pasadobre Popular (Gallice)
  • Pastoral (Ecosse)
  • Rights of Man (Irlande)
  • Scotland the Brave (Ecosse)
  • Silverstrig (Bretagne)
  • Speed the Plough (Ecosse)
  • The Humours of Westport (Irlande)
  • The Rocky Road to Dublin (Irlande)
  • Three Little Boats Went Out to Sea (Ile de Man)
  • Tom Bawcock's Treat (Cornouailles)
  • Tros y Garreg (Pays de Galles)

 

 

 Facebook | | |

09 décembre 2014

Vidéos liées à la méthode de violon irlandais The Irish Fiddle book

 

En cherchant des audio irlandais de morceaux travaillés sur cette méthode de violon irlandais (présentée dans cet article), j'ai découvert sur youtube une chaîne où un violoniste joue les morceaux à différents tempos.

Ca peut être sympa pour apprendre en mode progressif, d'autant que tous les morceaux de la méthode n'ont pas de fichier audio.

 

Voici le lien de la recherche en question :

https://www.youtube.com/results?search_query=randy+cranitch

 

 

 Facebook | | |

11 août 2014

comment trouver un prof de violon ?

Bientôt la rentrée et avec elle, souvent de bonnes résolutions : allez c'est décidé, cette année, je commence le violon ! (au hasard, puisque vous êtes là... lol)

 Pour apprendre le violon, plusieurs solutions, apprendre en autodidacte et/ou avec quelqu'un, qui peut être un professeur, un professionnel ou un amateur plus avancé que nous en la matière.

 

Voici quelques pistes (que j'ai testées) pour trouver un prof :

 

 1. Les conservatoires 

Référence de base à laquelle on pense dès qu'il s'agit d'apprendre la musique avec diplômes à la clé (cycles, DEM, etc)

Comment sont recrutés les profs : sur diplôme (DEM) attestant d'un niveau musical confirmé.

Le coût est calculé en fonction des ressources et du nombre de personnes inscrites au sein de la même famille.

Il y a la possibilité très intéressante selon les départements de s'inscrire en tant qu'adulte amateur et de bénéficier pour une somme modique d'un forfait de quelques cours de soutien et de pouvoir participer aux pratiques collectives telles qu'un ensemble instrumental, vocal, jazz, fanfare, orchestre de chambre, traditionnel, etc, etc.

Exemple : cette option est accessible dans le département du Tarn pour 58 euros l'année.

 

Problèmes rencontrés :

- trop d'inscrits => liste d'attente, les enfants sont prioritaires, pas de place pour les adultes

Une astuce (testée et approuvée !) : le conservatoire est souvent géré au niveau départemental. S'il n'y a pas de place dans une ville, il y en a peut-être dans une antenne moins demandée du département. Parfois, c'est gérable côté déplacement et profitable à tous, tant pour l'apprenti qui peut s'inscrire (avec le même prof qu'en ville d'ailleurs dans certains cas) que pour l'antenne qui cherche parfois des élèves pour ne pas fermer, une piste intéressante à ne pas négliger donc.

- impossible d'accéder au conservatoire parce que la commune de résidence n'a pas signé la convention (pas de paiement de subvention = pas d'inscription possible, les joies de l'administration). Là, je n'ai pas de solution à proposer si ce n'est tenter de négocier en local.

 

2. Les écoles de musique

Comment sont recrutés les profs ? D'après qualifications (diplômes), mais pas toujours.

Le coût est variable du simple au quadruple, ne pas hésiter à comparer.

Fonctionnement privé ou associatif, le nombre de cours est fixé en début d'année par planning. Suivant les places disponibles, on peut s'inscrire en cours d'année. Il y a souvent un orchestre de l'école et suivant le nombre et le niveau des élèves, plusieurs groupes ou orchestres possibles.

 

3. Les profs privés

Comment sont recrutés les profs ? Ils se recrutent eux-mêmes :). Ce sont donc eux qui s'estiment d'un niveau suffisant pour donner des cours et ouvrent parfois leur propre école de musique qui peut donc n'employer qu'un seul professeur, eux-mêmes.

Le coût : ils le fixent comme ils veulent, très variable donc et d'autant plus variable selon les cas qu'on règlera en chèques ou en espèces...

On les trouve sur les pages jaunes, internet où ils peuvent avoir un blog, un site (voire plusieurs), un forum, des cartes de visites, vidéos, etc. Attention, la multiplication des sources d'information ne fait pas toujours la qualité de la prestation.

 

4. Les musiciens professionnels

Ils ont parfois, contrairement aux idées reçues, la capacité et l'envie de former ou tout au moins conseiller efficacement des adultes dans l'apprentissage et la pratique de leur instrument. Ils peuvent le faire de manière ponctuelle ou régulière, en individuel ou lors de stages collectifs organisés qui sont en général des moments de vécu et de partage inoubliables.

Exemple : un stage d'une journée avec un professionnel et le soir, participation du groupe au bal ou au concert, sur les morceaux appris dans la journée. Coût de la journée testée : 50 euros avec repas tiré du sac.

Un conseil pour accéder aux pros quand rien n'est organisé : être motivé, très motivé et ne pas oser à demander, on a parfois de (très) belles surprises car oui, chez les pros aussi, il y a des passionnés heureux de transmettre ce qu'ils ont appris.

 

5. Les amateurs

Certains adultes ne sont pas pro, ni profs mais ont à coeur de transmettre leur passion et y réussissent en général assez bien, ils sont passés par tous les affres des débutants il y a peu et s'en souviennent... Ce sont des moments en général fort agréables que de partager des moments en musique avec ces "bénévoles au service du violon", car ils le font avec dévouement, envie, donc patience, et gratuitement en prime :). 

Un autre de leurs points forts : ils ont parfois galéré pour trouver des sources d'apprentissage et partagent volontiers leurs bons plans.

 

Quand on en a la possibilité, deux ou trois chemins valent toujours mieux qu'un seul, en clair, plus on a de sources d'apprentissage et mieux c'est.

 

De manière générale, quand on recherche un prof, je conseillerais de ne pas se presser, de prendre le temps d'observer, aux spectacles de fin d'année, lors de concerts, de rencontres et en cas de cours privé, demander à voir le prof jouer des morceaux d'un style qu'on apprécie. En effet, pour moi, il semble maintenant évident que la base avant de choisir un prof est de l'observer jouer avant de s'engager et d'estimer si on a envie de jouer comme lui ou pas. C'est un conseil tout bête qui semble évident et je le donne pourtant parce que j'ai remarqué qu'un beau discours et de belles promesses arrivent souvent à nous détourner des évidences...

 

image-plantu.jpg

 (j'adore cette caricature !)

J'invite aussi à se sortir de la tête que le prof a toujours raison car nous nous plaçons alors  par défaut en position d'infériorité, il a le savoir, nous non. Mais quel savoir a-t-il au juste ? Là est justement la question, alors avant de nous engager, de signer, de payer dans l'ignorance, demandons à voir, à entendre et... autorisons-nous à ressentir, sans justification !!!

La première impression n'est pas bonne ? Ne nous forçons pas, surtout pas, on le regrettera sans aucun doute plus tard. En clair, faisons-nous confiance, à nous.

Quand bien même le message publicitaire est toujours (évidemment) pavé de bonnes intentions, qu'il s'agisse de lauriers pédagogiques auto-octroyés ou autres références toutes plus invérifiables les unes que les autres (surtout quand il n'y a pas de recrutement sur diplôme attestant d'un niveau de pratique musicale minimale), il est difficile d'avancer à long terme quand les mots et les actes sont contradictoires : on tombe alors dans le fameux discours "fais ce que je dis, pas ce que je fais" ou encore "je sais ce qui est bon pour toi, même si je suis incapable de le faire, moi". Incroyable, non ? Et pourtant, nous sommes plus d'un à nous faire avoir chaque année...

 

Enfin, un dernier petit conseil pour la route :)

On peut être persuadé qu'on est tombé sur le bon et s'apercevoir au fil du temps que quelque chose cloche. Une seule chose est sûre : rien ne nous lie à lui hormis l'engagement de paiement qu'on a éventuellement signé.

Là encore, un détail d'importance : on peut avoir payé d'avance, rien ne nous oblige à suivre les cours jusqu'au bout si ça ne nous convient pas, ce serait se faire violence deux fois : la première fois en perdant de l'argent, mais ça, on ne reviendra pas dessus quoi qu'il arrive, c'est perdu et la seconde en nous imposant des cours qui ne nous conviennent pas/plus mais ça par contre, ça ne dépend que de nous :).

  

La recherche de sources d'apprentissage (prof, pro, méthode, etc, etc) n'est pas toujours de tout repos mais il ne faut pas désespérer, quand on a vraiment envie de bien apprendre, on finit toujours par trouver chaussure à son pied :) !

 

 

 Facebook | | |

06 juin 2014

Méthode violon Dezaire - Les démanchés

démanchés dezaire.jpg

 

Voici ma méthode préférée pour apprendre les démanchés ! 

La raison ? C'est qu'il est construit de manière logique pour permettre d'apprendre tous les types de démanchés, travaillés un par un avec des exercices préparatoires. C'est l'idéal pour s'entraîner et déterminer quels sont les démanchés qui nous conviennent le mieux par la suite quand on prépare un nouveau morceau.

Je ne parle évidemment pas de la qualité des morceaux, toujours de styles variés et toujours avec des accompagnements super !

 

Ce volume est présenté en 3 parties :

- démanchés 1ère/3ème position

- démanchés 1ère/2ème position

- démanchés 1ère/2ème/3ème position

 

Avec pas moins de 7 types de démanchés traités par chapitre. C'est un recueil que je trouve très complet et très sérieux pour l'apprentissage des démanchés (et non, je n'ai pas d'action chez M. Dezaire, on ne se connait même pas...)

 

Répertoire de ce volume :

A Tribute to Handel (Dezaire, Nico)
Position changing cha cha (Dezaire, Nico)
French folk song (Traditional)
Django plays the violin (Dezaire, Nico)
Mourning Mary (Dezaire, Nico)
Shift Rap (Dezaire, Nico)
Sadness (Dezaire, Nico)
The Elephant (Saint-Saëns, Camille)
Brigg Fair (Delius, Frederick)
Pomp and circumstance March No. 4 (Elgar, Edward William)
Sally's skirts (Dezaire, Nico)
Playing Monopoly (Dezaire, Nico)
Les Sylphides (Chopin, Frédéric François)
Hungarian Dance No. 5 (Brahms, Johannes)
Little flower (Dezaire, Nico)
Hurdy-Gurdy (Dezaire, Nico)
Blues (Dezaire, Nico)
Greensleeves (Traditional)
Farandole (Bizet, Georges)
Sad Waltz (Dezaire, Nico)
Piano Concerto 1st Movement (Grieg, Edvard)
Bad girls (Dezaire, Nico)
Farewell (Dezaire, Nico)
Please Sir, have a cigar (Dezaire, Nico)
Frère Jacques Variations (Dezaire, Nico)
Jupiter (Holst, Gustav)
Olga's Song (Dezaire, Nico)
Hungarian Dance (Dezaire, Nico)
Allegretto (Theme from Symphony No. 6 5th Movement ) (Beethoven, Ludwig van)
One fine day (from Madame Butterfly) (Puccini, Giacomo)
You and me (Dezaire, Nico)
In the wood (Dezaire, Nico)
La donna e mobile (from Rigoletto) (Verdi, Giuseppe)
Jumpin' jig flash (Dezaire, Nico)
Nick's little rabbit (Mussies, Martine)
Largo (from Winter) (Vivaldi, Antonio)

 

 Facebook | | |