Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 décembre 2014

Jouer du violon avec d'autres instruments

Je fais depuis quelques mois partie d'un ensemble instrumental avec flûtes traversières, clarinettes, contrebasse et guitares et attendais d'avoir un peu de recul pour rédiger un article sur ce que m'apporte la pratique au sein de ce groupe.

 

1. Jouer avec d'autres instruments, qu'est-ce que ça apporte à notre pratique du violon ?

Quand j'ai commencé à jouer juste, j'ai rapidement souhaité partager la musique en faisant des duos, avec d'autres violons quand c'était possible et d'autres instruments comme la guitare et le piano. Cela m'a apporté beaucoup de motivation, l'envie d'entendre les harmonies des duos était particulièrement grisante.

Ensuite, j'ai participé à un stage trad violon/diato et découvert un nouvel univers. Une rencontre avec une des stagiaires a débouché sur des rendez-vous musicaux réguliers qui m'ont énormément apporté d'un point de vue musical : ouverture d'esprit et découverte d'autres styles (trad de tous pays) et cela m'a permis de faire beaucoup de progrès sur le rythme car le tirer/pousser du diato est particulièrement efficace pour faire entendre immédiatement les nuances rythmiques des musiques à danser. D'ailleurs depuis quand j'ai un nouveau morceau trad à travailler et que je peine à trouver les bons coups d'archet, j'écoute ce que font les diato sur ce morceau et ça m'éclaire aussitôt.

 

 

Maintenant, avec l'ensemble instrumental, c'est encore une autre dimension. Contrebasse et guitares nous guident pour le tempo et le souffle des instruments à vent donne des indications de nuances. Surtout, l'ensemble est encore plus riche en harmonies et doté d'une palette de sonorités diverses et c'est ce qui représente pour moi son principal point d'attrait, d'autant plus que le chef d'orchestre est doté d'un très bon sens de l'arrangement :). Seul violon du groupe, j'ai la part belle avec le plus souvent la partie soliste des morceaux qui correspond, pour ceux qui chantent en chorale, la plupart du temps au registre soprano, mais il m'arrive aussi de faire des accompagnements.

Il s'agit donc pour moi d'un réel plaisir musical qui me permet en prime de continuer les progrès, idéal pour entretenir la motivation !

 

 

2. Quelques clés pour se préparer à jouer en groupe ou ensemble instrumental

La règle d'or pour jouer en ensemble est de savoir écouter les autres et de s'adapter à ce que l'on entend. Pour ce faire, il faut à la fois rester concentré sur sa partie et sur ce que produisent les autres musiciens, on ne joue pas en solo, même quand on est seul à jouer sa partie, on joue au sein d'un ensemble qui doit être cohérent.

Pour m'y entraîner, j'ai toujours travaillé mes morceaux avec accompagnement audio, pour la simple et bonne raison que mon objectif était à terme de jouer avec d'autres musiciens. Voilà pourquoi il est important de déterminer ses objectifs quand on apprend  le violon et c'est aussi ce qui explique qu'on peut apprendre de différentes manières d'une personne à l'autre, non seulement en fonction de ses capacités, mais aussi de ses objectifs et qu'il me semble si ridicule de chercher à comparer l'avancement de tel ou tel. Si vous n'avez jamais joué avec accompagnement et que votre objectif est de jouer avec d'autres musiciens, sachez qu'il n'est jamais trop tard pour commencer :).

 

Ce qu'un entraînement avec accompagnement audio permet d'apprendre :

- d'abord à écouter attentivement, on fait autant de tours que nécessaire pour s'imprégner de la version jouée, le tempo, le rythme, les "accidents" éventuels, on peut même danser, ça permet encore mieux de se mettre dans le bain et de capter les temps forts

- ensuite, à écouter tout en jouant, le but n'étant évidemment pas de jouer à côté, mais avec, donc de commencer au bon moment, de dérouler le morceau au bon tempo et au bon rythme en s'aidant des instruments qui ont l'avantage de ne pas faire d'erreur, même s'ils repassent en boucle 20 fois de suite (les veinards ! lol)

- à apprendre à se repérer sur la partition en cas d'erreur pour pouvoir passer "inaperçu" en reprenant le plus tôt possible et au bon moment. En effet, quand on joue solo, on a tendance à revenir en arrière quand on fait une faute, c'est bien car c'est comme ça qu'on avance, mais quand on joue en groupe, c'est impossible. Il faut donc apprendre à se défaire de ce réflexe qu'on a fini par acquérir à force de répétitions, en clair, quand on joue avec accompagnement audio, on ne remet pas le CD au début dès qu'on se trompe, on apprend plutôt à rejoindre les autres en douceur sans attendre la reprise de fin de page...

 

- à éviter les erreurs de rythmes plus facilement qu'avec un métronome où l'on calcule, ici, on écoute et on se rend compte illico de ce que le morceau doit rendre

- à s'adapter : si le métronome a un tempo fixe, l'accompagnement et la réalité pas forcément, le chef d'orchestre demande souvent ralentis ou accélérations selon l'arrangement qu'il imagine et cela peut varier d'une reprise à l'autre. Si vous suivez le tempo 80 que vous avez en tête du début à la fin, vous serez en total décalage avec le reste du groupe.

 

Concernant l'adaptation et le repérage sur la partition, ce sont des points qu'on retrouve quand on joue solo en public et qu'on demande sa participation : imaginez des couples sur la piste de danse ou des personnes en train de chanter, vous vous trompez sur une note, vous n'allez pas revenir au début ! Vous allez reprendre dans le rythme pour les perturber le moins possible. Hé bien, pour y arriver, il faut s'entraîner.

Pitié ! Si vous reprenez au début, elle risque le tour de rein ! 

 

Où trouver des accompagnements audio pour s'entraîner ?

Certaines méthodes en proposent, des études aussi, les recueils playalong bien sûr, créés tout spécialement pour ça, des CD, des fichiers audio qu'on trouve gratuitement sur internet de même que les vidéos sur Youtube qu'on peut télécharger en convertissant automatiquement en mp3 par l'intermédiaire du site www.fluvore.com (par exemple), etc.

 

L'exercice du parcours d'obstacles (décrit dans cet article) est aussi un bon préliminaire pour apprendre à s'adapter aux imprévus. Petite anecdote lors d'une répétition le mois dernier, la flûte est venue caresser ma volute et en voulant se décaler, s'est pris le pied dans mon pupitre qui est tombé, ma partition a fini sous les pieds d'une clarinette ! On ne s'est pas arrêté de jouer pour autant. Ah quand je vous dis que ça demande un petit peu d'entraînement ! MDR

 

 Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.