Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 août 2014

comment trouver un prof de violon ?

Bientôt la rentrée et avec elle, souvent de bonnes résolutions : allez c'est décidé, cette année, je commence le violon ! (au hasard, puisque vous êtes là... lol)

 Pour apprendre le violon, plusieurs solutions, apprendre en autodidacte et/ou avec quelqu'un, qui peut être un professeur, un professionnel ou un amateur plus avancé que nous en la matière.

 

Voici quelques pistes (que j'ai testées) pour trouver un prof :

 

 1. Les conservatoires 

Référence de base à laquelle on pense dès qu'il s'agit d'apprendre la musique avec diplômes à la clé (cycles, DEM, etc)

Comment sont recrutés les profs : sur diplôme (DEM) attestant d'un niveau musical confirmé.

Le coût est calculé en fonction des ressources et du nombre de personnes inscrites au sein de la même famille.

Il y a la possibilité très intéressante selon les départements de s'inscrire en tant qu'adulte amateur et de bénéficier pour une somme modique d'un forfait de quelques cours de soutien et de pouvoir participer aux pratiques collectives telles qu'un ensemble instrumental, vocal, jazz, fanfare, orchestre de chambre, traditionnel, etc, etc.

Exemple : cette option est accessible dans le département du Tarn pour 58 euros l'année.

 

Problèmes rencontrés :

- trop d'inscrits => liste d'attente, les enfants sont prioritaires, pas de place pour les adultes

Une astuce (testée et approuvée !) : le conservatoire est souvent géré au niveau départemental. S'il n'y a pas de place dans une ville, il y en a peut-être dans une antenne moins demandée du département. Parfois, c'est gérable côté déplacement et profitable à tous, tant pour l'apprenti qui peut s'inscrire (avec le même prof qu'en ville d'ailleurs dans certains cas) que pour l'antenne qui cherche parfois des élèves pour ne pas fermer, une piste intéressante à ne pas négliger donc.

- impossible d'accéder au conservatoire parce que la commune de résidence n'a pas signé la convention (pas de paiement de subvention = pas d'inscription possible, les joies de l'administration). Là, je n'ai pas de solution à proposer si ce n'est tenter de négocier en local.

 

2. Les écoles de musique

Comment sont recrutés les profs ? D'après qualifications (diplômes), mais pas toujours.

Le coût est variable du simple au quadruple, ne pas hésiter à comparer.

Fonctionnement privé ou associatif, le nombre de cours est fixé en début d'année par planning. Suivant les places disponibles, on peut s'inscrire en cours d'année. Il y a souvent un orchestre de l'école et suivant le nombre et le niveau des élèves, plusieurs groupes ou orchestres possibles.

 

3. Les profs privés

Comment sont recrutés les profs ? Ils se recrutent eux-mêmes :). Ce sont donc eux qui s'estiment d'un niveau suffisant pour donner des cours et ouvrent parfois leur propre école de musique qui peut donc n'employer qu'un seul professeur, eux-mêmes.

Le coût : ils le fixent comme ils veulent, très variable donc et d'autant plus variable selon les cas qu'on règlera en chèques ou en espèces...

On les trouve sur les pages jaunes, internet où ils peuvent avoir un blog, un site (voire plusieurs), un forum, des cartes de visites, vidéos, etc. Attention, la multiplication des sources d'information ne fait pas toujours la qualité de la prestation.

 

4. Les musiciens professionnels

Ils ont parfois, contrairement aux idées reçues, la capacité et l'envie de former ou tout au moins conseiller efficacement des adultes dans l'apprentissage et la pratique de leur instrument. Ils peuvent le faire de manière ponctuelle ou régulière, en individuel ou lors de stages collectifs organisés qui sont en général des moments de vécu et de partage inoubliables.

Exemple : un stage d'une journée avec un professionnel et le soir, participation du groupe au bal ou au concert, sur les morceaux appris dans la journée. Coût de la journée testée : 50 euros avec repas tiré du sac.

Un conseil pour accéder aux pros quand rien n'est organisé : être motivé, très motivé et ne pas oser à demander, on a parfois de (très) belles surprises car oui, chez les pros aussi, il y a des passionnés heureux de transmettre ce qu'ils ont appris.

 

5. Les amateurs

Certains adultes ne sont pas pro, ni profs mais ont à coeur de transmettre leur passion et y réussissent en général assez bien, ils sont passés par tous les affres des débutants il y a peu et s'en souviennent... Ce sont des moments en général fort agréables que de partager des moments en musique avec ces "bénévoles au service du violon", car ils le font avec dévouement, envie, donc patience, et gratuitement en prime :). 

Un autre de leurs points forts : ils ont parfois galéré pour trouver des sources d'apprentissage et partagent volontiers leurs bons plans.

 

Quand on en a la possibilité, deux ou trois chemins valent toujours mieux qu'un seul, en clair, plus on a de sources d'apprentissage et mieux c'est.

 

De manière générale, quand on recherche un prof, je conseillerais de ne pas se presser, de prendre le temps d'observer, aux spectacles de fin d'année, lors de concerts, de rencontres et en cas de cours privé, demander à voir le prof jouer des morceaux d'un style qu'on apprécie. En effet, pour moi, il semble maintenant évident que la base avant de choisir un prof est de l'observer jouer avant de s'engager et d'estimer si on a envie de jouer comme lui ou pas. C'est un conseil tout bête qui semble évident et je le donne pourtant parce que j'ai remarqué qu'un beau discours et de belles promesses arrivent souvent à nous détourner des évidences...

 

image-plantu.jpg

 (j'adore cette caricature !)

J'invite aussi à se sortir de la tête que le prof a toujours raison car nous nous plaçons alors  par défaut en position d'infériorité, il a le savoir, nous non. Mais quel savoir a-t-il au juste ? Là est justement la question, alors avant de nous engager, de signer, de payer dans l'ignorance, demandons à voir, à entendre et... autorisons-nous à ressentir, sans justification !!!

La première impression n'est pas bonne ? Ne nous forçons pas, surtout pas, on le regrettera sans aucun doute plus tard. En clair, faisons-nous confiance, à nous.

Quand bien même le message publicitaire est toujours (évidemment) pavé de bonnes intentions, qu'il s'agisse de lauriers pédagogiques auto-octroyés ou autres références toutes plus invérifiables les unes que les autres (surtout quand il n'y a pas de recrutement sur diplôme attestant d'un niveau de pratique musicale minimale), il est difficile d'avancer à long terme quand les mots et les actes sont contradictoires : on tombe alors dans le fameux discours "fais ce que je dis, pas ce que je fais" ou encore "je sais ce qui est bon pour toi, même si je suis incapable de le faire, moi". Incroyable, non ? Et pourtant, nous sommes plus d'un à nous faire avoir chaque année...

 

Enfin, un dernier petit conseil pour la route :)

On peut être persuadé qu'on est tombé sur le bon et s'apercevoir au fil du temps que quelque chose cloche. Une seule chose est sûre : rien ne nous lie à lui hormis l'engagement de paiement qu'on a éventuellement signé.

Là encore, un détail d'importance : on peut avoir payé d'avance, rien ne nous oblige à suivre les cours jusqu'au bout si ça ne nous convient pas, ce serait se faire violence deux fois : la première fois en perdant de l'argent, mais ça, on ne reviendra pas dessus quoi qu'il arrive, c'est perdu et la seconde en nous imposant des cours qui ne nous conviennent pas/plus mais ça par contre, ça ne dépend que de nous :).

  

La recherche de sources d'apprentissage (prof, pro, méthode, etc, etc) n'est pas toujours de tout repos mais il ne faut pas désespérer, quand on a vraiment envie de bien apprendre, on finit toujours par trouver chaussure à son pied :) !

 

 

 Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.