Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 novembre 2013

A l'origine : la motivation

Ca part d'une idée fixe depuis l'enfance, une marche qu'on a loupée, 

d'une lubie sur le tard,

ça part d'un film ou d'un concert qui nous a profondément touchés,

ça part d'un virtuose qui nous a bouleversés,

ça part de ces musiques qui nous bercent ou nous stimulent...

 

C'est une petite idée qui fait son chemin et un jour,

c'est décidé, on se lance,

on va oser apprendre le violon !

 

Ce jour-là, sans qu'on s'en aperçoive, c'est notre vie entière qui s'engage sur un chemin à part, car violon rime plus souvent avec passion qu'avec raison... Méfiance...

 

images?q=tbn:ANd9GcRctWW1rb2SwLcPY5-JrCBALdAvGPp1pRAVGkACtPQIMigRtCpVSw

Il me semble important de définir dès le départ l'origine, le coeur de votre motivation, de la déterminer précisément dès le premier jour et d'y revenir régulièrement, car elle peut évoluer avec le temps. Vous devez faire connaissance avec elle pour pouvoir la préserver, la protéger.

Quand elle évolue, soyez attentif, s'agit-il bien toujours de votre motivation propre ou bien répond-elle, s'inspire-t-elle à la motivation de quelqu'un d'autre de votre entourage (famille, prof, amis, ...) ?

Attention, le "mimétisme" pour faire plaisir à quelqu'un qu'on apprécie peut vite vous détourner de votre objectif personnel et engendrer pas mal de soucis. 

Car l'apprentissage est un long chemin semé d'embûches, il y aura inévitablement des baisses de forme, des déceptions et autres moments de désillusions. C'est alors que votre motivation aura toute son importance et prendra le relais dans les périodes où les petites satisfactions et instants de joie se feront rares.

La motivation empruntée à d'autres ne fera jamais long feu et ne pourra pas faire le poids sur le long terme face aux difficultés rencontrées, car des difficultés, il ne faut pas se voiler la face, il y en aura. Pas uniquement des difficultés, heureusement ! Soyez rassurés, il y aura aussi les moments de grande joie, mais dans ces cas là, la motivation n'est pas une ressource, on va plutôt considérer qu'on remplit son vase ou qu'on la nourrit, au choix.

 

images?q=tbn:ANd9GcQ7t8xSF4hRVplrHPEeEGrc2wXlx5HE5t4G4HuJ1TXJtVA1umQl

N'attendez pas, dès aujourd'hui,

accordez à votre motivation le temps qu'elle mérite !


Prenez un cahier (ou une feuille que vous conserverez en lieu sûr dans votre étui par exemple)et écrivez :

Quels sont vos objectifs ?

Pourquoi jouez-vous du violon ?

Qu'est-ce que vous aimez comme musique ? Celle que vous aimez écouter et celle que vous aimez jouer (elles peuvent être très différentes...).

Avec qui aimeriez-vous jouer et quoi ?

Aimeriez-vous jouer pour un public, quel public et pourquoi ?

 

Rêvez !

Imaginez vous avec votre violon, voyez, ressentez, entendez. Qu'êtes-vous en train de faire ? Lequel de ces rêves vous donne le plus d'ailes ? Dans les rêves, tout est permis, ils donnent d'assez bonnes indications sur les motivations profondes à partir du moment où vous ne leur mettez aucune barrière et que vous n'y associez pas les rêves de quelqu'un d'autre, juste les vôtres.

Quand en plus, on pense que les rêves ont l'avantage de pouvoir rester secrets, ça ne vous engage envers personne d'autre que vous-même de tenter de les atteindre.

Bien sûr certains seront peut-être irréalisables, mais qui peut dire ce que l'avenir réserve ?

"Tout le monde savait que c'était impossible à faire. Puis un jour, quelqu'un est arrivé qui ne le savait pas et il l'a fait." Winston Churchill


Quoi qu'il arrive, conservez cette motivation et vos objectifs en ligne de mire, ils vous suivront tout au long de votre apprentissage, et même mieux, vous allez pouvoir l'organiser en fonction car en effet, on n'apprend pas le violon de la même manière selon ce que l'on veut en faire.

 

Donc savoir ce que vous voulez faire avec votre violon est la base, votre base.

 

 Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.